Une serviette invité offerte à partir de 100€ d’achat.

“Je sens sa langue, son jeu intenable entre mes jambes et ses mains qui veulent tout. Je voudrais que ce plaisir infini dure encore et encore.”

Adulte, nous avons tous des certitudes sur notre vie amoureuse, qui l’on est et ce que l’on cherche. Comme Caroline, 37 ans, célibataire hétérosexuelle et heureuse dans sa vie sentimentale. Son type de partenaire idéal : assez sûr de lui, protecteur, viril, celui que l’on peut définir comme l’homme alpha. Une forme de masculinité qu’elle trouve excitante et rassurante. Jusqu’à cette rencontre insoupçonnée que Caroline a confiée à l’une d’entre nous.

Au début de l’été, j’ai rejoint des amis dans un parc pour un pique-nique. Chacun avait apporté quelque chose à partager et nous sommes restés plusieurs heures à discuter au soleil, étendus sur un grand drap dans l’herbe. Nous étions nombreux à avoir eu cette idée et le parc était bondé. Les groupes de personnes, assez proches les uns des autres, laissaient certains éclats de voix parvenir à nos oreilles.
C’est alors que j’entendis un rire ensoleillé, à la tonalité particulière et qui fit résonner quelque chose en moi. En cherchant son origine, j’ai découvert une femme. C’était évident qu’un tel rire était féminin mais je n’y avais pas pensé avant de me retourner. Elle était belle, dans une grande robe ocre dont le tissu flottait légèrement autour d’elle. J’adore cette couleur. J’ai esquissé un sourire en la regardant, me disant que nous pourrions être amies.

Quelques jours plus tard, en choisissant des draps propres chez moi, j’aperçois ma parure de lit ocre en lin et repense immédiatement à cette femme et à sa robe. Pour le clin d’œil, je choisis de dormir dans cet ensemble et prépare mon lit.  Je m’endors ce soir-là en repensant à cet après-midi au parc. Après tout, pourquoi cette femme m’entêtait-t-elle ? Je n’ai jamais été attirée sexuellement pas une femme. J’aime l’image masculine, sa force, son sexe. Pourquoi le souvenir du tissu flottant sur son corps féminin m’excite-il ?

 Je me surprends alors à imaginer ses seins. Je me rappelle qu’ils étaient libres sous sa robe et que leurs pointes effleuraient le textile lorsqu’elle riait. Je ressens une alchimie particulière, une forme d’impatience et j’ai maintenant envie de découvrir sa peau, de faire tomber ses bretelles pour toucher sa poitrine. Je me sens excitée et me laisse guider par mes envies. Dans mon inconscient, cette femme m’invite à la découvrir, explorer son corps et commencer à l’embrasser. Mon corps bout quand elle commence à reproduire mes gestes. Je fourmille de partout et répète en boucle ces images de corps dévêtus et d’étreintes féminines décomplexées.

“Je me surprends alors à imaginer ses seins. Je me rappelle qu’ils étaient libres sous sa robe et que leurs pointes effleuraient le textile lorsqu’elle riait.”

Dans l’euphorie du rêve, nous nous retrouvons ensuite dans une salle de bain à l’air chaud et embué. Nos corps perlent d’eau savonneuse et nos mouvements deviennent alors plus intenses et plus intimes. Nous glissons peau contre peau et nous tenons fermement. Je sens sa langue, son jeu intenable entre mes jambes et ses mains qui veulent tout. Je voudrais que ce plaisir infini dure encore et encore.
Nous terminons en nous essuyant mutuellement : un moment de caresses blotties dans d’épaisses serviettes de bain.

Cette nuit est un souvenir intense et très doux. Je pense que cette femme a pris soin de moi comme aucun partenaire auparavant.